Santé et vitalité

Ventoline : qu’est-ce que c’est ? comment l’obtenir sans ordonnance ?

La Ventoline est un bronchodilatateur bien connu des personnes asthmatiques, permettant de soulager efficacement les crises. Ce médicament, se composant d’une petite bombe aérosol sur laquelle vient se fixer un embout, est vendu en pharmacie. En cas d’urgence, est-il possible de se procurer de la Ventoline sans ordonnance ? Quelle est l’action de ce traitement sur les bronches ? Nous allons répondre à toutes vos questions, concernant ce médicament permettant de stopper les crises d’asthme.

Est-il possible d’obtenir de la Ventoline sans ordonnance ?

ventoline sans ordonnance

La Ventoline est généralement prescrite par les médecins aux personnes asthmatiques, en complément d’un traitement à base de corticoïdes. Nous verrons également un peu plus tard dans ce guide que la Ventoline intervient également dans le traitement des bronchites chroniques. Ce produit répond à la définition d’un médicament : il s’agit d’une substance possédant des propriétés curatives ou préventives, permettant de traiter une maladie et prescrit, à la suite d’un examen médical. De ce fait, la Ventoline peut être achetée uniquement sur ordonnance, grâce à une prescription d’un professionnel de santé compétent.

Toutefois, en cas d’extrême urgence (une crise d’asthme importante par exemple, mettant en danger la santé du patient), le pharmacien pourra faire une exception. Vous vous retrouvez dans cette situation ? Dans ce cas, pensez à vous rendre à la pharmacie avec une ancienne prescription. En effet, certaines personnes étant allergiques à la Ventoline, votre pharmacien pourra s’assurer que vous êtes apte à recevoir le traitement.

Sachez que de plus en plus de plateformes sur Internet vous proposent de commander vos médicaments en ligne, à la suite d’une consultation médicale par vidéoconférence. Aussi, n’hésitez pas à profiter de ce service, plus pratique et rapide que la prise de rendez-vous auprès de votre médecin traitant.

Mais alors, comment fonctionne la Ventoline ? Comment agit-elle sur les bronches et est-elle à l’origine d’effets secondaires ? Nous allons nous intéresser d’un peu plus près à ce traitement, dans ce guide.

Où acheter de la ventoline sans ordonnance

Découvrez l’offre en ligne sans ordonnance  :

Acheter de la Ventoline sans ordonnance
Livraison rapide et site très serieux.

Comment fonctionne la Ventoline ?

La molécule active composant la Ventoline est le Salbutamol. Il s’agit d’un bronchodilatateur : en d’autres termes, il permet de dilater les bronches qui, lors d’une crise d’asthme, s’obstruent et engendrent des difficultés respiratoires. Nous allons nous attarder sur cette maladie courante, pouvant être prise en charge aisément.

Qu’est-ce que l’asthme ?

Comme nous l’avons mentionné, l’asthme est une maladie respiratoire entraînant l’obstruction des bronches. Il s’agit en réalité d’une réaction inflammatoire du système immunitaire, provoquée par une allergie par exemple, une situation de stress ou un effort physique plus ou moins intense.

L’asthme est une maladie chronique se présentant par crises. Lors de celles-ci, la respiration est difficile, puisque l’ouverture des bronches est réduite, en raison de la réaction inflammatoire. D’autre part, on constate également la contraction des muscles situés tout autour de la paroi des bronches.

Les symptômes d’une crise d’asthme sont très aisés à repérer : le patient tousse, émet un sifflement lors de l’inspiration et de l’expiration, ressent des difficultés à respirer, ainsi qu’un essoufflement. L’impression de compression thoracique est également présente.

Les facteurs de risque liés à l’asthme sont nombreux. Nous pouvons citer, par exemple, une prédisposition génétique, l’obésité, ou les reflux gastro-œsophagiens.

Comment la Ventoline permet de soulager la crise d’asthme ?


Le Salbutamol agit directement au niveau des muscles des bronches et entraîne la dilatation de celles-ci, d’où son nom de bronchodilatateur. De ce fait, quelques minutes seulement après la prise, il est possible de diminuer efficacement la gêne respiratoire, la toux ainsi que les nombreux symptômes liés à une crise.

Le dosage de la Ventoline

L’aérosol généralement vendu en pharmacie contient 120,50 microgrammes de Salbutamol, le principe actif de la Ventoline. On retrouve également un excipient permettant de libérer le Salbutamol : le Norflurane.

Il est recommandé de prendre une à deux bouffés par utilisation. Au total, un asthmatique ne pourra prendre que 8 bouffées par jour. Lorsque la dose est dépassée, des effets secondaires pourront apparaître. Nous nous y intéresserons un peu plus en détail, dans la suite de ce guide.

Il est recommandé, pour les sportifs souffrant d’asthme, de prendre une à deux bouffés 30 minutes avant chaque activité sportive, afin de prévenir efficacement une crise.

La Ventoline, un traitement contre certaines maladies respiratoires

La Ventoline permet effectivement de soulager l’asthme. Son efficacité n’est plus à démontrer : c’est vrai, de très nombreuses études ont permis de mettre en lumière ses effets positifs sur les symptômes asthmatiques. Après utilisation, la Ventoline permet de soulager la crise d’asthme pendant 4 à 7 heures.

S’il s’agit d’un excellent traitement contre l’obstruction des bronches, la Ventoline est également recommandée pour prévenir la maladie, mais aussi pour traiter les cas de bronchites chroniques. C’est ce que nous allons voir, dès à présent.

La Ventoline, en prévention de l’asthme

L’utilisation de ce bronchodilatateur est vivement recommandée aux asthmatiques sportifs. En effet, la prise de quelques bouffées avant une activité sportive permet d’éviter la réaction du système immunitaire, engendrant les difficultés respiratoires que nous avons énoncées précédemment.

D’autre part, lorsque les personnes souffrant d’asthme ressentent les symptômes annonciateurs d’une crise (une réaction allergique par exemple, la montée du stress, la prise de tabac ou le contact avec un allergène), la prise de Ventoline est également vivement recommandée.

La Ventoline, dans les cas de bronchites chroniques

La bronchite chronique est une inflammation chronique des bronches, entraînant des symptômes similaires de la crise d’asthme. Pour que la bronchite puisse être qualifiée de chronique, le patient doit connaître trois crises par année, depuis plus de deux ans consécutifs. Le tabac, ainsi que la pollution, l’humidité, les allergies, et la mucoviscidose engendrent la bronchite chronique.

On comprend aisément pourquoi la Ventoline est recommandée, dans les cas de bronchites répétées. Toutefois, le traitement à mettre en place comprend également des antibiotiques, des anticoagulants, ainsi que des corticoïdes et des séances de kinésithérapie respiratoire. L’arrêt du tabac est vivement recommandé également.

Comment bien utiliser la Ventoline ?

Pour profiter des effets bénéfiques de la Ventoline sur les bronches obstruées, il est indispensable de bien utiliser le produit. Voici quelques conseils, qui vous permettront d’y voir un peu plus clair.

  • Assurez-vous tout d’abord que l’embout dans lequel est insérée la bombe aérosol contenant le principe actif est propre.
  • Secouez vigoureusement le produit, afin d’être sûr d’inhaler le Salbutamol.
  • Vérifiez ensuite que la bombe est fonctionnelle. Pour cela, appuyez une fois sur celle-ci.
  • Videz ensuite l’air de vos poumons, par une grande expiration. Placez l’embout dans votre bouche, inspirer.
  • Pendant l’inspiration, appuyez une ou deux fois sur la bombe de Ventoline, en fonction du nombre de bouffées recommandé par votre médecin.
  • Enfin, retenez votre respiration pendant 10 secondes environ.

Une fois l’utilisation terminée, n’oubliez pas de bien nettoyer l’embout et de remettre le capuchon.

Contre-indications et effets secondaires de la Ventoline

Afin d’envisager une utilisation efficace et sécurisée de la Ventoline, voici quelques conseils qui pourront vous aider :

  • Il est vivement déconseillé de dépasser la dose de Ventoline prescrite par le médecin : en effet, un usage excessif et inconsidéré de Ventoline a déjà entraîné la mort de patients. Aussi, lorsque la Ventoline ne suffit plus à vous soulager, il est vivement recommandé de s’adresser à votre médecin. Lui seul sera en mesure d’adapter le traitement ou de le modifier, pour vous soulager d’une gêne respiratoire.
  • La Ventoline n’est pas toujours efficace contre l’asthme sévère : là encore, inutile d’augmenter les doses. Dans ce cas, votre médecin traitant pourra vous prescrire des médicaments adaptés à vos besoins, comme des corticoïdes par exemple, des anti-inflammatoires efficaces pour lutter contre l’obstruction des bronches.
  • La Ventoline peut entraîner des effets secondaires : bien loin d’être anodin, le traitement à base de Ventoline influe grandement sur la fréquence cardiaque, mais aussi sur la pression artérielle. Une consommation importante entraîne généralement l’apparition de migraines, des tremblements aux extrémités, des crampes, ainsi qu’une sensation de gorge ou de bouche irritée. D’autres effets secondaires existent, mais sont plus rares. Il s’agit de l’apparition de rougeurs, de l’augmentation de la difficulté respiratoire, ou d’une réaction allergique. Dans ce cas, il est vivement recommandé de stopper immédiatement le traitement et de consulter rapidement votre médecin, qui saura vous orienter vers un médicament plus approprié à votre situation.
  • Ce traitement contre l’asthme ne peut être prescrit à tous les asthmatiques : les personnes souffrant d’une allergie connue au Salbutamol ne peuvent envisager un traitement à base de Ventoline. D’autre part, un dysfonctionnement de la thyroïde, un diabète et l’hypertension artérielle sont des maladies incompatibles avec l’utilisation de la Ventoline. Bien sûr, les femmes enceintes asthmatiques devront consulter leur médecin traitant, avant la prise de ce bronchodilatateur.

Comment prévenir l’asthme : nos conseils

Il est possible de mettre en place certaines mesures de prévention, pour éviter de déclencher une crise d’asthme.

  • Lorsque l’asthme est d’origine allergique : il est fréquent de voir apparaître une crise d’asthme, en cas d’allergie. Aussi, pour prévenir efficacement la venue de cette crise, il est conseillé d’éviter d’entrer en contact avec l’allergène connu. L’adoption d’animaux de compagnie doit également être évitée (s’ils sont à l’origine d’une allergie). En revanche, difficile de s’enfermer chez soi, lorsque l’on est allergique au pollen ou à la poussière. Dans ce cas, prendre rendez-vous avec son médecin traitant pour envisager la prescription d’antihistaminiques est la solution appropriée. En plus d’éviter la réaction allergique, ces médicaments empêcheront la venue d’une crise, et ce de manière efficace. N’hésitez pas à effectuer un dépistage, ainsi qu’une désensibilisation auprès d’un allergologue.
  • Lorsque l’asthme est dû au stress : éviter les situations anxiogènes est la meilleure solution, pour éviter d’engendrer une crise. Plusieurs méthodes pourront être envisagées, pour gérer au mieux le stress. La méditation par exemple, la pratique d’une activité sportive également.
  • Lorsque l’asthme est provoqué par le tabac : bien sûr, les fumeurs touchés par l’asthme devront entreprendre rapidement l’arrêt du tabac. Pour cela, votre médecin traitant pourra vous apporter son aide. Des traitements médicamenteux très efficaces sont disponibles actuellement en pharmacie et ont montré d’excellents résultats. N’hésitez pas à en faire la demande !
  • Lorsque l’asthme est engendré par une activité physique : nous l’avons mentionné à plusieurs reprises, les sportifs pourront utiliser de la Ventoline 30 minutes avant une activité sportive, afin d’éviter l’obstruction des bronches et la gêne respiratoire durant l’entraînement.

Quels sont les remèdes naturels pour soulager l’asthme ?

Si la Ventoline est indispensable pour tous les asthmatiques, sachez toutefois que des solutions naturelles pourront être mises en place, afin de soulager ou d’espacer les crises.

  • La pratique d’une activité sportive : il n’est en aucun cas nécessaire de cesser la pratique d’un sport lorsque l’asthme est diagnostiqué. Bien au contraire ! D’ailleurs, de très nombreux sportifs et athlètes sont asthmatiques et parviennent malgré tout à obtenir d’excellentes performances. Les sports d’endurance, comme la course à pied par exemple, sont excellents pour développer la capacité respiratoire, ainsi que les muscles de la respiration. D’autres activités peuvent être proposées, comme la natation, la marche, le tennis ou les sports de combat. Le ski de fond est lui aussi excellent.
  • Adopter une alimentation appropriée : l’alimentation permet de réduire de façon significative les symptômes liés à l’asthme. En mangeant plus de fibres par exemple, il est possible de stimuler la flore intestinale, permettant ainsi de mieux contrôler l’apparition des crises. C’est en tout cas ce qu’a démontré une étude australienne en 2017, réalisée par la Thoracic Society for Australia and New Zealand. Limiter les apports en produits laitiers et privilégier les poissons gras sont également des solutions à envisager. Des carences en magnésium ou en potassium peuvent aggraver les crises. De ce fait, la prise de compléments alimentaires constitue également une bonne solution contre l’asthme.
  • La phytothérapie : de nombreuses huiles essentielles sont à l’origine d’une amélioration de l’asthme chez de nombreux patients. Nous pouvons citer, par exemple, l’éphédra, la lobélie et le cumin, des huiles à utiliser en début de crise, pour la stopper rapidement. Comme traitement de fond, les huiles essentielles de réglisse, de passiflore ou d’aubépine proposent également des résultats satisfaisants.

Dans tous les cas, l’automédication n’est que peu recommandée. En effet, il est préférable de consulter régulièrement un médecin traitant, pour suivre l’évolution de l’asthme et trouver le traitement approprié, qui répond à vos besoins.